Les différentes humeurs de la journée …

« Les cycles circadiens entraînent forcément différents états d’optimisme et de pessimisme et ce, dans une même journée. Habituellement, on se sent plutôt déprimé au réveil, pour ensuite devenir plus optimiste à mesure que la journée avance.

Sur ce, se superpose le cycle de repos et d’activité. VOUS ÊTES À VOTRE PLUS BAS vers 16 heures et à 4 heures du matin. C’est alors que vous avez une tendance à la dépression et au pessimisme. Vous prenez davantage conscience des difficultés. Il suffit de vous souvenir de la dernière fois que vous vous êtes réveillé à 4 heures du matin sans pouvoir vous rendormir. Étrangement des inquiétudes que vous chassez facilement de votre esprit dans la journée vous pèsent lourdement à ce moment.

À l’inverse, VOUS ÊTES À VOTRE PLUS FORT niveau d’optimisme en fin de matinée et en début de soirée. C’est alors que vous formez des projets ambitieux ou de nouvelles acquisitions.

N’oublions pas que nous avons hérité d’un cerveau qui a son propre rythme, ses réflexes d’une époque où l’homme devait survivre pour vivre … Les cycles circadiens en font partie. D’où l’importance de reconnaître la voix persistante du pessimisme pour ce qu’elle est : un vestige, un héritage des temps anciens.

Il ne s’agit pas pour autant de s’installer dans une insouciance rêveuse ; en revanche, ON A DROIT À DAVANTAGE D’OPTIMISME QUE L’ON NE RESSENT NATURELLEMENT. »

L’optimisme, ça se développe!

Source : Martin Seligman. 1990. La force de l’optimisme. Pocket évolution, p. 141-143.

Suivez et cliquez j'aime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − 5 =