Le commérage

« Porter un jugement sur une personne avant même de la connaître est la définition même du mot préjugé. J’ai appris à ne jamais laisser quiconque influencer mon jugement au sujet d’une personne avant de la connaître et à me fier à mes propres observations. Les gens qui parlent dignement voient le monde clairement.

Au cours de ma première année d’enseignement, un des professeurs plus âgé m’a abordé pour me mettre en garde : “Je vois que vous avez Devon James dans votre cours d’histoire. Je l’ai eu l’année dernière. C’est une vraie peste. Bonne chance!”
Vous pouvez imaginer ce qui est arrivé lorsque je me suis présenté en classe et que j’ai aperçu Devon James. Je me suis mis à épier ses moindres mouvements. J’attendais les signes prouvant qu’il était la peste qu’on m’avait promis. Devon n’avait pas la moindre chance. Il avait déjà été étiqueté.

Pour cesser le commérage :
– Changez de sujet
– Dites quelque chose de positif au sujet de l’autre personne
– Éloignez-vous de l’endroit de la conversation
– Gardez le silence
– Dites clairement que vous ne voulez plus participer aux commérages sur les autres.

Comment savez-vous que vos mots sont irréprochables? Lorsque vous vous sentez bien, heureux, joyeux, calme et en paix. Si cela ne décrit pas votre état d’âme, passez en revue vos pensées, votre discours intérieur, et votre façon de communiquer par écrit et verbalement avec les autres. »

Source : Jack Canfield. Le succès selon Jack. Un monde différent, p. 447-448.

Suivez et cliquez j'aime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre + huit =