Le cerveau et son penchant négatif

– Tu reçois 1 critique sur 20 compliments dans une journée, mais torpinouche, c’est la critique qui se répètera en boucle dans ton esprit ;
– Tu parles à 1 client hyper désagréable sur 25 et encore là, ce sont les reproches du client désagréable qui te reviennent en tête ;
– Tu fais 1 erreur dans ta semaine et c’est à cette ciboulette d’erreur que tu penses le soir venu.
Iiiiiii que je suis mal faite, croyez-vous…
Bien non!
Ce n’est pas ta faute!
C’est ton cerveau qui est fait comme ça, c’est tout!

« Le cerveau n’a pas été créé en un clin d’oeil [l’apparition des mammifères date de 200 millions d’années environ]. Ce sont les facteurs très difficiles de l’époque qui ont modelé le cerveau humain. Les défis de survie étaient grands : 1 homme sur 8 mourait dans des conflits. Le cerveau humain s’est adapté douloureusement à ses conditions. Le résultat se trouve entre vos oreilles aujourd’hui et continue de façonner vos expériences et de guider vos actes».

« En termes de survie, le bâton (attaque) a plus d’urgence et d’impact que la carotte (récompense). Si vous passez à côté d’une carotte aujourd’hui, vous aurez d’autres chances de vous en procurer une demain. Alors que si vous ne parvenez pas à esquiver un bâton aujourd’hui – bang! – : pus jamais de carottes. Pendant des centaines de millions d’années, accorder une attention particulière aux bâtons, réagir à leur présence avec intensité, bien s’en souvenir et leur devenir de plus en plus sensible au fil du temps a été une question de vie ou de mort. C’est ce qui explique que le cerveau ait intégré un penchant négatif au cours de son évolution. »

Aujourd’hui, il devient ainsi primordial pour votre bonheur de travailler votre cerveau pour le déloger de ses habitudes d’homme de Cro-Magnon.

« Nombre d’études montrent que vos expériences modifient en permanence la structure neuronale. [Grâce à des techniques, de la répétition et du travail conscient de votre part], vous pouvez apprendre à changer en mieux votre cerveau afin que le positif apaise, voire remplace le négatif ».

Encourageant non! Ça demande des efforts oui, mais c’est encourageant quand même!

Rick Hanson. 2014. « Le cerveau du bonheur – La joie, le calme et la confiance en soi au temps des neurosciences ». Éditions Édito, p. 12-13-23-35

Suivez et cliquez j'aime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 + 8 =