Apprivoiser ses peurs et observer son anxiété de loin

telescope-2551351_1920

Le changement personnel : ce n’est pas facile et ça demande des efforts. « Et cette vérité entre directement en collision avec une autre, qui est que nous possédons une forte tendance à éviter ce qui est désagréable et rêvons plus commodément de modifications soudaines .. miraculeuses même. Il s’agit du piège du bonheur » (Harris. 2009, Préface). Affronter nos peurs et notre anxiété pour être plus heureux, c’est nécessaire. J’ai longtemps choisi d’écouter The Games of Thrones plutôt que d’affronter ce qui n’allait pas. C’est aujourd’hui que ça change!

Est-ce que tu t’es déjà dit : « Voyons, pourquoi j’ai ces pensées négatives, je ne suis pas normal». Et tu poursuis en essayant de te booster : « prends la vie comme elle vient, ne t’en fais pas, botte-toi les fesses et arrête d’avoir peur ou d’être anxieux […] « Parce que les gens autour de nous sont, en apparence, heureux ; ils semblent maîtriser leurs pensées et leurs émotions. En fait, la plupart des gens ne parlent pas ouvertement des luttes intérieures qu’ils mènent contre leurs propres pensées et sentiments » (Harris. 2009, 26). Dr Harris se fait souvent dire par ses patients : « Si ma famille, mes collègues ou mes amis pouvaient m’entendre, ils ne le croiraient pas». En fait, si vous parliez de tout ce que vous ressentez aux autres, vous seriez surpris d’apprendre que les autres ont les mêmes pensées négatives que vous.

Prise de conscience et acceptation

En acceptant son passé et en étant plus informé sur la nature humaine, vous pourrez faire un premier pas d’acceptation envers vos pensées, vos peurs et la personne que vous êtes devenue.

« C’est en continuant votre travail personnel de confiance en vous et de transformation positive que vous pourrez vous débarrasser définitivement de ces vieux démons. Vous n’êtes plus la petite fille sans ressources que vous étiez. Vous êtes une adulte responsable et autonome, capable de faire face aux situations. Cela étant, il est important de rassurer cette partie de vous qui a eu peur et qui a eu mal autrefois … Ainsi, vous serez réconciliée avec ce morceau de vous-même! Comment? On se met dans un coin, au calme, et on lui parle gentiment, comme à ses propres enfants. Vous pouvez lui dire que vous l’aimez, que vous serez toujours là, qu’elle peut compter sur vous » (Giordano. 2017, 105).

Se flageller et se dire que ce n’est rien, que ça va passer (éviter), ça ne fonctionne pas. Il faut faire face.

Peur de ce que les autres vont dire

Peut-être vous lancez-vous dans une transformation de votre vie, mais les gens de votre entourage, au lieu de vous encourager, font exactement le contraire. Dites-vous alors ceci :

« C’est vous qui avez raison d’oser […] Prenez donc garde de ne pas vous laisser influencer par l’opinion de votre entourage. Ne les écoutez pas. Ne vous laissez pas décourager. Même ceux qui vous aiment projettent parfois sur vous leurs peurs et leurs doutes. Repérez vos pollueurs et faites en sorte qu’ils ne vous contaminent pas par leur vision négative, désapprobatrice ou sceptique … » (Giordano. 2017, 200-201).

Peur du rejet

« L’appartenance à un groupe est un autre élément essentiel à la survie de l’humain primitif. Autrefois, si vous êtes expulsée de votre clan, vous étiez en danger de mort. Alors, comment notre esprit nous protège-t-il contre le rejet social? En nous comparant aux autres membres du clan :

  • Suis-je à ma place ici?
  • Est-ce que je me conduis comme je le dois?
  • Ma contribution est-elle suffisante?
  • Suis-je égal aux autres?
  • Est-ce que je fais quelque chose qui pourrait me faire chasser du groupe?

Notre cerveau moderne est très sensible à ce qu’il perçoit comme un rejet et nous compare constamment au reste de la société. » (Harris. 2009, 14).

Imaginer le pire

« L’angoisse de l’attente apparaît lorsqu’on se met en tête qu’un événement décevant, inquiétant ou horrible va se produire. La vérité est que la réalité n’est jamais aussi épouvantable qu’on l’imagine. Soyez attentif à ces moments où vous vous dites que quelque chose de terrible va arriver et, plus tard, comparez vos craintes à ce qui s’est réellement passé. Vous constaterez que vos peurs sont des fantasmes qui n’ont rien à voir avec la réalité. […] Combien d’expériences excitantes avez-vous manquées à cause de cette attitude? » (Billmark. 2017, 33).

Je me souviens au bureau avoir eu une contravention pour excès de vitesse avec la voiture louée par mon employeur. Tout le long que le policier procédait à la dite contravention, je stressais à mort en me disant que ma patronne, que je connaissais peu à l’époque, allait bien péter les plombs et qu’elle me réprimanderait sévèrement!!! Mon anxiété avait grimpé dans le piton et j’avais l’estomac noué. Toutefois, la réaction de ma patronne ne fut pas celle que j’avais crainte : un rire bien retentissant accompagné de tapes sur les cuisses : « Pfffaaaa Véronique a attrapé une contravention, Véro a attrapé une contravention ha! ha! Tu devrais voir ta face!!! haa ha ha ! ». Toute cette inquiétude et cette angoisse pour rien. Incroyable! Ce genre de situation m’est arrivé bien trop souvent. Aujourd’hui, je pratique des techniques de défusion, car je sais que les scénarios catastrophes dans ma tête ne se réalisent pas à 95%.

« D’abord et avant tout,
attendez-vous à ce que le meilleur vous arrive »

(Nido Qubein)

Technique de défusion

Croire que ses pensées sont des vérités absolues, sont la réalité, sont importantes et sont des ordres est absolument faux. Être en fusion avec ses pensées c’est de croire que tout ce qui est produit par notre esprit est un fruit sacré, une vérité immuable. Il existe une panoplie de stratégies pour créer une distance entre tes pensées et toi. Toutefois, les exercices ne visent pas à diminuer les pensées négatives, mais seulement à apprendre à les observer. La diminution est un effet souvent remarqué, mais il ne doit pas être le but visé. C’est très important de comprendre la nuance. On ne peut pas complètement sortir le hamster de notre tête qui court dans sa roue et qui produit des pensées à profusion. Par contre, on peut l’apprivoiser. Acceptez qu’il soit là et que parfois, il se mette à courir. Cela ne m’empêchera pas de vivre. Je sais que ce ne sont que des pensées, rien de plus. Des fantasmes qui ne sont pas la vérité.

Voici quelques techniques de Russ Harris, médecin, thérapeute et conférencier spécialisé dans la gestion du stress :

1 – Faire des constats sans jugement ni frustration. Je me dis à moi-même : « Je constate que mon hamster a commencé à courir dans ma tête. Vas-y, cours mon petit! Mon hamster est en train de construire le scénario de “Véronique qui s’inquiète”. Je laisse les pensées aller librement, elles ont le droit de vivre. »

2 – Devenir un “Moi observateur” : Je me transforme en observateur de mes pensées. Mon esprit crée des pensées, il y travaille très fort. Mes pensées ne sont que des mots, je les observe. Elles ne sont pas menaçantes. Les pensées ne sont que des histoires.

3 – Donner un titre à vos histoires : « Bon alors, voici l’histoire de “Véronique qui ne croit pas y arriver”».

À première vue, en lisant ces techniques, je me disais que ça ne fonctionnerait pas. Que c’était n’importe quoi! Bien voyons!  … Mon hamster faisait son “ado” et contestait sans même avoir essayé. Vous avez la bibliographie complète du livre du Dr Harris plus bas si les techniques pour se distancer de vos pensées négatives vous intéressent. Il y a plusieurs autres techniques d’expliquées dans le livre.

Théorie de l’acceptation et de l’engagement

« Les processus normaux de la pensée d’un être humain sain engendrent naturellement de la souffrance psychologique. Vous n’êtes pas fautif ; votre esprit fait tout simplement ce que l’évolution lui a appris à a faire » (Harris. 2009, 22).

Alors, il est un mythe de penser que « le bonheur est l’état naturel de tous les êtres humains et que conséquemment, les gens malheureux sont déficients » (Harris. 2009, 23). Ça enlève un poids quand même! Vous êtes normal! C’est normal que votre esprit produise ces pensées! C’est le résultat de notre évolution en tant qu’Homo erectus et Homo sapiens.

Cette théorie vient également pousser l’humain à comprendre que les émotions négatives font partie de la vie et qu’il est impossible de s’en débarrasser. Par exemple, une relation amoureuse vient avec son lot de joies et de peines. Il est impossible d’avoir une relation sans les émotions négatives … une relation parfaite quoi! Im-po-ssi-ble!!! Ça existe juste à la télé.

Cette théorie nous apprend également que la maîtrise de nos émotions est beaucoup moins importante que ce que l’on aimerait se faire croire à soi-même. Si l’on accepte que nous n’avons pas autant que de contrôle sur elles, déjà, elles ont moins de pouvoir sur nous. Elles peuvent vivre ces pensées et ces émotions négatives sans que nous nous crucifiions pour cela.

Connexion avec le présent

Profiter du moment présent : ici et maintenant. C’est un apprentissage. Plusieurs techniques peuvent nous l’apprendre : le yoga, Qi gong, relaxation, exercices de respiration, contemplation, etc. Personnellement, je n’étais pas une adepte de relaxation, mais je n’étais pas une adepte d’être toujours à 100 km/h non plus. J’ai essayé et je continue mon apprentissage. Il est certain que cela m’amène des bienfaits. Je me répète aussi souvent ” ici et maintenant”quand mon hamster se met à projeter toutes sortes de scénarios d’avenir inquiétant.

 

Rénover sa vie c’est aussi rénover sa façon de penser
en supprimant certaines pressions que nous nous imposons à nous-mêmes
et en changeant nos perceptions,

la vie devient déjà un peu plus facile.

 

BIBLIOGRAPHIE

Billmark, Mats. Billmark, Susan. 2017. « Ce livre va changer votre vie ». Les Éditions de l’Homme, 219 p.

Giordano, Raphaëlle. 2017. « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une ». Éditions Édito, 264 p.

Harris, Russ. 2009. « Le piège du bonheur – Créez la vie que vous voulez ». Les Éditions de l’Homme, 262 p.

Suivez et cliquez j'aime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + sept =