Ne cache pas tes couleurs : mets du soleil dans ta vie

paint-2985569_1920

Est-ce que tu es de celles, qui, avec le temps, ont mis leurs couleurs de côté pour vivre une vie plus rangée, plus sécuritaire ou plus selon les normes? Parfois tu te sens plus vieille que ton âge, tes journées sont longues et éreintantes? Tu aimerais bien retrouver cet éclat qui brillait dans le fond de ton coeur, mais tu sens qu’il y a de la poussière par-dessus. En plus, tu n’oses pas de peur de déplaire, d’être critiquée ou d’être jugée? Bonne nouvelle, c’est avec des petits pas à tous les jours qu’on y arrive.

Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi?

birds-3131471_1920

Voici une question existentielle excessivement importante que j’ai perdu le réflexe de me poser dans le feu roulant du train train quotidien : « Pourquoi? ». Toutefois, si vous avez des enfants, petits cousins ou petits enfants, vous avez sûrement subi (ou subissez encore) l’interrogatoire digne de la CIA sur un éventail de sujets plus pertinents les uns que les autres. Exemples :

  • Pourquoi je ne peux pas voler?
  • Pourquoi tu n’es pas marié?
  • Pourquoi grand-maman a mal aux pieds?
  • Pourquoi tu donnes des bisous à ton amoureux sur la bouche?
  • Pourquoi mon lapin s’enfuit toujours quand j’arrive?
  • Pourquoi tu as un bouton sur le nez?
  • Pourquoi, mamaaaaaannnn …. pouuuuuuuuurquoi …. eeeeeeee!!!

Malgré que cet adverbe interrogatif nous tape parfois sur le système nerveux (vu sa trop haute fréquence d’utilisation de la gente enfantine), il n’en demeure pas moins que les enfants ont la curiosité, la créativité, le temps et l’intelligence de vouloir comprendre continuellement le monde qui les entoure.

Ils se posent les bonnes questions et ils osent remettre en question.

Ils sont alors dans une quête de sens et ouverts aux nouveautés. Chose qui, malheureusement, se perd avec l’âge. Se poser des questions comme :

  • Pourquoi je travaille pour cette entreprise? Qu’est-ce qu’elle m’apporte?
  • Pourquoi j’avais choisi de travailler pour cet employeur il y a 10 ans? Est-ce que ces raisons sont toujours valides aujourd’hui ou cela a changé?
  • Pourquoi je ne changerais pas d’emploi? Est-ce par peur ou par manque de courage?
  • Pourquoi je n’ai pas réalisé mes rêves?
  • Pourquoi je ne suis pas aussi heureuse que je le voudrais? Pourquoi, pourquoi?

Cela requiert de prendre du temps pour répondre à ces questions et du courage. Du temps pour une énervée comme moi, il y en a jamais de trop. Du courage, j’en ai pas tout le temps non plus. Pourtant, se remettre en question, c’est vital pour avoir du contrôle et donner du sens à sa vie. Nos besoins, nos désirs et nos goûts changent. Subir sa vie, ça serait dommage.

Change d’environnement si c’est trop gris autour de toi.

« On a pris cette mauvaise habitude de ne jamais revenir aux “pourquoi” lorsqu’on entreprend de faire quelque chose, se contentant d’apprendre seulement comment on fait. Pire, on l’apprend d’un autre qui lui aussi n’a appris que les “comment” d’une autre personne, répétant ainsi les mêmes gestes à l’infini! Quand va-t-on réaliser qu’une bonne part du bonheur, c’est d’être en contrôle de sa propre vie? » (Chaput. 2006, 67).

Faire des choix pour rouler dans la bonne direction

wheel-3127945_1920

Prends un autre moyen de transport pour te conduire dans la vie,
le chemin t’apparaîtra différemment.

Le sentiment de liberté est intimement lié à ton indice de bonheur. Ce faisant, si tu as une job qui t’ennuie, une relation qui bat de l’aile ou un style de vie qui ne te ressemble pas, assurément, tu te sens coincée … comme dans un beau pantalon streché. Tu continues ton train train à tous les jours en te disant : je n’ai pas le choix, c’est comme ça, il faut bien gagner sa croûte. À force d’être étourdi dans cette roue qui tourne, tu ne te rends même pas compte que tu as la possibilité de faire des choix. Tu as le choix de sortir de cette sécurité et de changer d’emploi, de discuter de ta relation avec ton conjoint ou de mettre un peu de couleurs dans ton style de vie.

Changements au quotidien

fair-2544612_1920

Assurément, c’est plus plaisant d’aller au parc d’amusement ou de te rendre à une fête pour oublier ce qui va mal, pour t’étourdir un peu … plutôt que de prendre un petit cahier de notes pour y inscrire tes petits bobos ou te faire un plan d’action pour l’avenir. De surcroit, un plan qui pourrait chambouler ta routine sécurisante. Pas évident!

Pour changer positivement certaines éléments déplaisants de ton humeur, de ta vie ou de ta personnalité, il importe de tenter à tous les jours des actions concrètes pour changer ta culture générale : la régularité, c’est la clé. Se faire des nouvelles résolutions en début d’année, c’est bien si on peut les tenir tout au long de l’année. Mais souvent, on abandonne après quelques temps : ça ne va pas assez vite à notre goût, ça ne marche pas, ce n’est pas assez drastique (je voudrais tout changer du jour au lendemain…). C’est un engagement à long terme et des exercices routiniers qui doivent marquer notre agenda.

Exercice : se garder 15 minutes à la fin de chacune de tes journées pour y inscrire ce que tu voulais changer et ce que tu as fait dans la journée pour y parvenir (ou ce que tu feras demain). Ainsi, ta transformation fera partie intégrante de ton quotidien. Souvent, la peur du changement nous retient de passer à l’action. Cela fait partie du travail à faire au quotidien.

Changer sa vie en 10 étapes pour des changements rapides et efficaces … ça n’existe pas. Toutefois, il ne faut pas se décourager. Au contraire, ce qui prend plus de temps à s’installer sera ancré par la suite une fois que ce sera là.

Protection contre les pensées négatives : l’optimisme

umbrella-2405040_1920

S’il y a une chose qui aide pour se protéger contre les pensées négatives et les jugements, c’est bien l’optimisme. Je dis cela et peut-être est-ce que ça vous sonne rêveur, loin de la réalité ou complètement perdu dans un champ de patates. Pourtant, ce ne l’est pas. À tort, certaines personnes croient que les optimistes ne voient pas la réalité en face. Pourtant, ils la voient, mais espèrent avec une attitude plus positive, trouver des solutions et justement passer à l’action.

« Loin du cliché du “naïf qui voit la vie en rose”, l’optimiste est une personne dont l’espoir a pris l’ascendant sur la peur, contrairement au pessimiste qui, lui, a “démissionné” », résume son cofondateur et porte-parole, le professeur de psychologie et de management Philippe Gabilliet.
(Le Parisien. 2018, En ligne)

Les optimistes voient aussi ce qu’il y a de beau ou ce qui va bien dans le monde ou autour de soi. Pas besoin constamment de faire comme dans les nouvelles et de parler uniquement de ce qui va mal dans le monde. Il y a cette manie également d’ajouter un petit grain dans l’engrenage de la bonne humeur :
– Comme il fait beau aujourd’hui!
– Oui, mais c’est frette. … … …
– Puis, on s’en fout, mets un foulard et on sort!

 

La « seule façon d’apaiser la douleur, l’indifférence et l’injustice », c’est d’être optimisme (Schmitt, 2018. En ligne). « Il y a vingt ans, on se heurtait à un préjugé qui assimilait le pessimisme à l’intelligence. Cela faisait de l’optimiste un imbécile, qui ne voyait pas la réalité ou, pire, la niait »
(Schmitt, 2018. En ligne).

Exercice : « Au lieu de ressasser ce qui me manque – des êtres chers qui ont disparu, du temps, de l’argent –, je m’applique à regarder ce que j’ai et à m’en contenter. Voilà un exercice quotidien, d’autant plus difficile dans une société de consommation régie par la comparaison, la jalousie, la frustration » (Schmitt, 2018. En ligne).

 

Pour rénover sa vie :
N’oubliez pas de
Rigoler et Jouer!

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

Chaput, Jean-Marc. 2006. « Politiquement incorrect ». Les éditions Québécor, 310 p.

Le Parisien. 2018. « Optimisme : chiffres et études montrent que le monde ne va pas si mal ». En ligne. http://www.leparisien.fr/week-end/optimisme-chiffres-et-etudes-montrent-que-le-monde-ne-va-pas-si-mal-16-02-2018-7559043.php. Consulté le 19 février 2018.

Schmitt, Éric-Emmanuel. 2018. « Le pessimiste est un peu lâche ». Le Parisien. En ligne. http://www.leparisien.fr/week-end/eric-emmanuel-schmitt-le-pessimiste-est-un-peu-lache-14-02-2018-7559055.php#xtor=AD-1481423551. Consulté le 19 février 2018.

Suivez et cliquez j'aime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit − 4 =