Votre vie n’est pas une corvée

Nous serions nombreux à se sentir trop souvent coincés, prisonniers ou esclaves de facteurs extérieurs que l’on s’impose à soi-même (le prestige, l’argent, la consommation, le désir de plaire, les obligations, la peur de déranger, la peur d’être exclu ou du jugement des autres). Pourtant nous vivons dans une démocratie! Laissons-nous tranquille un peu!

Hé oui! La vie nous apparaît comme une succession de corvées que nous avons l’obligation de faire. Bien sûr, il y a des obligations inévitables … même si je n’aime pas faire la vaisselle, je ne peux pas la laisser s’empiler en espérant gagner un « lavage à vie » à la Loto … et question d’environnement, je ne peux pas non plus utiliser des assiettes en carton à tous les jours.

« Le défi ne consiste pas à se dégager totalement des obligations, mais à les réduire et, autant que possible, les remplacer par des activités ou des intérêts personnels marqués pour un domaine en particulier ». À la relecture de ce paragraphe, j’ai la petite voix qui me casse déjà les pieds : «Bien voyons, c’est pas réaliste! Dans la vie, il faut … Il faut … Il faut … Tu ne peux pas … ». C’est ça la pression externe. C’est dur de penser autrement, n’est-ce pas! … Mais pas impossible! Courage!

Le ratio entre les obligations et le fait de réaliser mes intérêts personnels déterminera si j’ai le goût de me lever le matin ou si le simple fait de penser à ma journée à venir m’épuise d’avance.

Réfléchissez!
– Comment vous pouvez vous libérer de la peur, des obligations et des pressions externes?
– Qu’est-ce qui vous fait réellement plaisir à vous?
– Qu’aimeriez-vous comme travail, comme horaire de la semaine?
– Comment laisser plus de place à ce que vous aimez faire ou à prendre plus de temps pour vous?
– Quels sont les obstacles intérieurs ou extérieurs qui vous empêchent de les poursuivre?
– « Quelle proportion de ma journée est consacrée à des occupations entreprises de mon plein gré, par opposition à celles que je me sens obligé de faire?»

Tal Ben-Shahar. 2007. L’apprentissage du bonheur. Pocket evolution, p. 122-127.

Suivez et cliquez j'aime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *