L’amitié et le bonheur font bon ménage!

 

L’amitié est assurément un élément essentiel au bonheur. Trouver un être « avec qui nous nous sentons en communion sur l’essentiel », ça augmente le bien-être. Autant on se reconnaît dans l’autre, on partage « les mêmes aspirations, les mêmes valeurs et éventuellement les mêmes projets de vie … autant ses différences nous attirent car cela le rend unique, inspirant et touchant ». (Lenoir. 2013 : 108).

Amitié : deux facettes

En amitié, nous sommes à la fois soucieux de soi à travers l’amour que l’on reçoit et que l’on donne (amitié égocentrique), mais nous sommes aussi préoccupés par l’autre et son bonheur (amitié altruiste).

Les nombreuses études scientifiques ont démontré qu’en faisant preuve d’altruisme et en se souciant du bonheur des autres, nous augmentions notre propre bonheur. Toutefois, il est tout à fait possible d’être en harmonie en vivant dans l’amour de soi ET en expérimentant des amitiés altruistes.

Sacrifice en amitié

Attention, « il ne faudrait pas être malheureux à vouloir donner aux autres plus qu’on ne peut le faire. Montaigne (philosophe et écrivain de renom) condamnait l’esprit de sacrifice et rappelait la nécessité de ne pas dépasser les forces de sa nature en voulant aimer ou aider les autres » (Lenoir. 2013, 110). Nous sommes tous responsables de notre bonheur. Nos énergies actives doivent aussi être dédiées à notre propre bien-être… pas uniquement au bonheur des autres, et ce, même s’il s’agit de nos propres enfants (Je sais, ce n’est pas évident 🙂 Ça demande de la pratique … puis des rechutes et oups! … on se retrouve à nouveau).

« Ne peut rien pour le bonheur d’autrui
celui qui ne sait être heureux lui-même »
(Lenoir. 2013 : 114).

Bonheur et malheur sont contagieux

« Le bonheur des gens dépend du bonheur des autres auxquels ils sont connectés » (Lenoir. 2013, 115).

Chaque ami heureux augmente de 9% notre probabilité d’être heureux,
tandis que chaque ami malheureux fait chuter notre capital de bonheur de 7%.
Nicholas Christakis, professeur de sociologie, Harvard

Jalousie en amitié

Se prémunir contre la jalousie et la rivalité en amitié, c’est vital. Si vous avez déjà été agacé par le bonheur d’autrui, dites-vous que cette situation de rivalité est plutôt courante. Ne vous flagellez donc pas de grâce, nous sommes humains. Toutefois, se réjouir de l’échec ou de l’épreuve d’une autre personne que l’on considère comme une amie, voilà une situation sur laquelle travailler afin de s’en départir.

« Pour les biologistes, ce comportement a constitué un avantage adaptatif au cours de l’évolution : l’élimination d’un rival facilitait sa propre survie » (Lenoir. 2013, 116). Par contre, cette attitude de compétitivité fige l’individu dans un mode dépendant des autres et dans une spirale négative.

« Le bouddhisme montre que l’une des clefs de la sérénité consiste à ne plus se comparer, à se départir de l’esprit de rivalité et à chercher à surmonter toute jalousie. Le meilleur antidote pour y parvenir est d’apprendre à se réjouir du bonheur de l’autre » (Lenoir. 2013, 116).

 

Un petit nombre d’amis doit suffire.
Comme dans la nourriture, il faut peu d’assaisonnement
Aristote

 

Bibliographie

Lenoir, Frédéric. 2013. « Du bonheur, un voyage philosophique ». Le livre de poche, 232 p.

Suivez et cliquez j'aime

Une pensée sur “L’amitié et le bonheur font bon ménage!”

  1. Article encore une fois très intéressant! Aide à comprendre certains états d’âme et à avancer positivement en amitié et en d’autres rapports. Merci Rénove ta vie! xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *