Viser la réussite ou le prochain pas?

Quand quelqu’un réussit, on aime penser que ça s’est fait d’un coup … la personne est chanceuse ou elle a eu une belle vie pleines d’opportunités. Nous aimerions toutes réussir et réaliser nos rêves les plus fous, mais tout cela nous semble bien compliqué ou parfois irréaliste. La raison nous pousse à penser qu’un désir est trop difficile à réaliser, trop fou et qu’il vaut mieux faire des choix plus « sécuritaires ». On met alors de côté nos envies.

On est bombardée d’images de succès et de gloire à la télévision, sur Internet ou dans les publicités. Mais ce n’est pas une montagne que je veux gravir où je vais en baver pendant toute la montée… Ce que je veux, c’est un chemin plein d’aventures passionnantes, de rencontres énergisantes et de beauté qui me remplissent au quotidien. L’objectif, je l’ai compris enfin, ce n’est pas le succès ou la réussite, c’est le chemin. Si la réussite vient avec, c’est juste un bonus. Pas plus.

« Stresse pas! » dit l’horticultrice Marthe Laverdière

En général, la société admire les gens qui réussissent. La pression est là et quand tu amorces une nouvelle profession, un nouveau loisir ou un passe-temps (pour te « détendre »), tu veux que ça marche. Tu aimerais réussir le plus vite possible et le mieux possible. Idéalement, tout est parfait du premier coup.

Je suis tellement tannée du discours sur la réussite. J’aimerais prendre mon temps pour accomplir une nouvelle activité, sans regarder par-dessus mon épaule et croiser le regard d’une personne qui observe si elle fait mieux que moi.

 

La réussite, c’est une question de perspective et j’aime entendre d’autres discours comme celui de Marthe Laverdière, horticultrice colorée :

  • «Jardiner, vous dites que c’est l’éloge de la lenteur alors qu’on vit dans une société où tout le monde est paquet de nerfs. Vous dites aux gens : « Calmez-vous! »».
  • « Oui, puis y’en a qui se stresse : « j’vas-tu réussir » … On s’en fout-tu! Tsé moi j’me dis à va geler dans 2 mois [ta plante]. Tsé, calmons-nous les nerfs! Moi j’me suis toujours dit : « Tout le monde réussit en horticulture. Si tu réussis pas ta fleur, à va faire du composte … c’en est de l’horticulture! » » (Laverdière. 2018).

Ça fait du bien d’entendre ce genre de discours. Jacques Brel disait : « Le talent, ça n’existe pas. Le talent, c’est d’avoir envie de faire quelque chose ». Suivre son envie, son intuition et laisser faire le jugement des autres. Se concentrer sur soi et oublier la performance… Plus facile à dire qu’à faire. Ça prend de la pratique, mais ça se fait. On s’améliore avec le temps. En s’entourant de gens qui ont la même vision, c’est encore plus facilitant. Mets-y ta couleur!

Développer l’auto-compassion

Aujourd’hui, arrête de dire que tu n’es pas bonne là-dedans ou que tu n’es pas capable, arrête de t’auto-critiquer, arrête de te juger sévèrement, d’être vulnérable envers toi-même et commence à te traiter comme une petite fille. À l’avenir, fais ce petit exercice! Imagine être la plus craquante des petites filles, gentille, vulnérable, sensible et mignonne et parle-toi comme tu lui parlerais!

Alors, au lieu de dire après votre première fois (premier jour dans un nouvel emploi ou premier cours de peinture) : « Ouin, pas fort », ce qui est, il va sans dire, un peu démoralisant et dégradant…, change ton discours en pensant à la petite fille : « C’est bon pour une première fois et en plus, j’y ai mis du coeur. Je suis fière de moi. Bravo! ».

Apprécier l’imperfection : je suis en construction

Tout ne peut pas être parfait du premier coup. Pourtant, c’est ce que l’on voudrait : tout savoir et comprendre tout de suite.

« Nous décidons inconsciemment que la meilleure façon de nous préserver du sentiment de ne pas être à la hauteur ou de la critique des autres est d’être parfaites. Sans nous en rendre compte, nous plaçons la barre haut, puis nous figeons » (Lavoie. 2017 : 66).

Personne ne peut être parfaite et je ne veux plus l’être non plus. Être parfaite, j’ai essayé de l’être et ça m’a rendu stressée, malheureuse et ennuyeuse. Je suis en construction, j’apprends à tous les jours et je suis loin de tout connaître. Et puis?

    • Fais ce que tu aimes ;
    • Apprends c’est plaisant et fais des erreurs, c’est formateur ;
    • Apprends à te faire confiance, laisse aller ta créativité sans te freiner et penser aux qu’en-dira-t-on, aux résultats ou à la note ;
    • Sois optimiste et ouverte ;
    • Lance-toi dans un projet qui te tiens à coeur sans trop y penser. Fais-le, pour toi, c’est tout!

Une vie où tout le monde est gagnant

J’aimerais inciter le plus de gens possible à être heureux, en paix avec eux-mêmes et à suivre leurs émotions. Pas seulement une vie où quelques-uns seulement « réussissent », mais où la majorité se permettent de suivre leurs passions et leur instinct. La vie est beaucoup plus facile à affronter quand on y ajoute notre couleur.

« [Offrez à votre part rationnelle de petits moments de répit et invitez votre partie intuitive et créative à prendre le relais.] […] C’est ce qui fait briller les yeux et chanter le coeur. C’est ce qui nous rend uniques […] Observez les enfants, surtout les très jeunes. Lorsqu’ils créent, ils ne se demandent pas s’ils sont bons. Ils créent. Nous devons nous reconnecter à cette essence afin de nous offrir de l’espace interne pour savourer l’état du débutant et ainsi retrouver notre chemin vers cette créativité qui nous appartient depuis toujours. Avoir du talent ou pas n’a aucune importance quand on l’utilise pour exprimer ce qu’on porte en soi, pour se connaître et se reconnaitre, pour revenir vers soi » (Lavoie. 2017, 66-67)

Le chemin est important, pas la destination finale

Même si l’on suit ses passions, certes, la vie ne deviendra pas rose-bonbon, mais elle sera en général beaucoup plus heureuse. « Les épreuves se traversent un pas à la fois, en regroupant ses forces et sans chercher à regarder le sommet, c’est-à-dire le résultat. L’objectif n’est pas la destination. L’objectif, c’est le chemin lui-même ». (Ima. 2016, 126).


Quand on pratique une profession, un passe-temps ou un sport que l’on aime, on se rend compte que c’est pratiquer l’activité qui est un bonheur au jour le jour. Le succès au final, n’est qu’une cerise sur le sundae.

 

« C’est le procédé qui est important, pas le résultat final. L’été dernier, j’ai essayé de préparer du limoncello. Une des étapes consiste à faire tremper les épluchures du citron dans de l’alcool pendant une semaine, pour que l’alcool absorbe la saveur et la couleur de la peau de citron. Chaque jour après le travail, je rentrais à la maison, ouvrais le réfrigérateur et reniflais à plein nez ma concoction pour en juger l’évolution. Le résultat final était assez moyen, mais le plaisir pris à surveiller les transformations de la bouteille dans le réfrigérateur était, lui, du [bonheur] parfait ». (Wiking. 2017, 85).

Le succès est ressenti à l’intérieur

Marilou, personnalité publique, a dit ceci qui m’a beaucoup interpellée : « Je suis devenue la mère de Jeanne, ce qui m’a fait redéfinir radicalement ce qu’était le succès pour moi. Bien que notre société valorise énormément la gloire personnelle, la popularité, le pouvoir et l’argent, Jeanne m’a fait comprendre que le succès n’est pas une réponse de l’extérieur, mais bien celle qu’on trouve nous-même sur notre route. Le succès est un état d’esprit, une conscience tranquille, une âme comblée, une intention pure, un service, une blessure qu’on a réparée, un projet qu’on aime et qu’on mène à terme pour les bonnes raisons. » (2016, Introduction).

Té capable!


« Il va falloir que tu sentes que tu es capable et cela n’est pas rationnel, mais émotionnel. Tu voudrais que tout soit prouvé froidement. Ça ne se prouve pas, ça se ressent. » (Chaput. 2006).

 

Fais-le!
Montre tes couleurs!
Autorise-toi à être heureuse!

 

BIBLIOGRAPHIE
Chaput, Jean-Marc. 2006. « Politiquement incorrect ». Les éditions Québécor, 310 p.

Ima. 2016. « Merci la vie ». Éditions Édito, 191 p.

Laverdière, Marthe. 2018. « Émission Marina Orsini ». Ici Radio-Canada. En ligne. https://ici.radio-canada.ca/tele/marina-orsini/site/episodes/402177/marina-orsini-journee-droits-femmes. Consulté le 2 janvier 2018.

Lavoie, Manon. 2017. « Créer le meilleur de soi ». Druide, 263 p.

Marilou. 2016. « Trois fois par jour – Deuxième tome ». Les Éditions Cardinal, 309 p.

Wiking, Meik. 2017. « Le livre du hygge – Mieux vivre la méthode danoise ». First Editions, 287 p.

Suivez et cliquez j'aime

Une pensée sur “Viser la réussite ou le prochain pas?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *