Ça donc bien l’air le fun être eux autres!

Quand j’observe les autres, il y en a certains qui semblent avoir une plus belle vie et qui paraissent plus heureux que la moyenne : ils sourient davantage, ils semblent avoir une belle confiance en eux, paraissent bien physiquement, font plein d’activités cool et stimulantes, ont un emploi qu’ils disent adorer et une vie de famille qui a l’air totalement harmonieuse.

Le meilleur exemple d’une personne qui a l’air d’avoir une belle vie, c’est France Castel. Elle a un rire franc et plein de bonté, une beauté naturelle et elle semble confiante envers elle-même. Quand j’ai lu sa biographie, je suis tombée par terre : fausse-couche, divorces, thérapies, relation trouble avec son père, dettes, dépressions, désintoxication et tentative de suicide. Bien voyons! C’est pourtant pas ce qui paraît, elle dégage tant de bonheur.

Ce fut peut-être un peu long à le réaliser mais je saisis enfin que la famille parfaite, la mère parfaite, le couple parfait ou la personne parfaite n’existe que sur photo, dans les films ou en apparence. Ce n’est pas que les gens essaient de me leurrer. Ils essaient simplement de faire du mieux qu’ils peuvent pour faire partie de cette société, pour être perçus comme normal et pour être heureux. En réalité, tout le monde vit différents combats et la vie n’est pas facile pour personne.

Nous sommes des acteurs, la façade n’est pas toujours la réalité

Dans notre quotidien et sur la scène publique, nous utiliserions une façade pour jouer un rôle en présumant que des spectateurs nous regardent et jugent notre jeu (Goffman par Keck. 2012, En ligne). Par exemple, lorsqu’une mère va chercher son enfant à la garderie, elle se retrouve à la vue de tous (l’éducatrice, d’autres parents) qui sont susceptibles de l’observer. Alors, elle interagira avec son enfant en essayant d’imiter avec cohérence le modèle de ce qu’elle croit être une bonne mère. À l’inverse, soit sur la scène privée, notre comportement, nos gestes et nos paroles peuvent être un peu différents étant donné qu’on ne se sent pas observé.

Toutefois, à force de jouer un rôle et en prêtant trop attention à ce que les autres pensent de moi, je perds un peu de mon individualité. J’essaie alors d’être plus attentive afin d’être authentique lorsque je suis en public. Pour être authentique, la personne que je suis réellement (mon Moi intérieur, qui n’est pas toujours aussi fashion et cool que je le voudrais) doit être en accord avec ce que je tente de projeter (mon MOI extérieur). J’ai beaucoup réconcilié mes deux MOIs et je sens déjà une différence positive : de la paix, moins de pression, plus de confiance et de cohérence.

Faire semblant que ça va bien, ma vie est trop cool

Bon, on l’a tous fait à un moment ou à un autre, forcer son sourire pour le photographe qui nous faisait crier et répéter : Cheez Whiiiiiz ou ouistitiiii. Bref, n’importe quel mot qui finit en « iiiii » afin que notre bouche force un sourire pour la photo de famille. Tout le monde avait l’air heureux sur la photo. Toutefois, une photo, c’est une photo.

En passant, les deux gars sur la photo ci-haut n’ont sûrement pas maintenu cette face-là tout le long du trajet … particulièrement le conducteur qui aurait avalé assez de bestioles volantes pour se couper l’appétit pendant une semaine! Ils ont sûrement eu beaucoup de plaisir, là n’est pas la question. Seulement, la vie ce n’est pas juste du bonheur et ce n’est pas juste du malheur. Ce sont les deux, et ça, ce n’est pas souvent démontré sur photo. Personnellement, j’avais l’impression que le bonheur devait durer longtemps et que je n’étais donc bien pas chanceuse de ne pas être heureuse, voire euphorique, pendant une semaine, un mois et même, pendant des années.

Ce n’est pas être dramatique ni négative. Au contraire, c’est d’être réaliste. C’est la vie. Le piège du bonheur, c’est de croire qu’un jour, le bonheur me tombera dessus sans que je n’aie rien à faire et qu’il m’accompagnera pour toujours (Harris. 2008). Aujourd’hui, j’essaie de vivre le bonheur quand il passe et j’accepte qu’il y ait aussi des malheurs, de la tristesse et de la colère. Bon, ce n’est pas facile à tous les jours mais ça fait partie de la vie. Je développe ma résilience.

Les émotions (joie, tristesse, dégoût, colère, surprise et peur) sont temporaires. J’ai d’ailleurs ajouté un nouveau mot à mon vocabulaire « Pour l’instant ». Alors, particulièrement pour les émotions négatives, je dis : « Pour l’instant », c’est comme cela, demain, ce sera autre chose.

Authenticité et vivre ses émotions

Quand je pose la question : «Salut! Ça va?». Personne ne répond à la négative… sauf quelques personnes âgées avec qui je travaille parfois. Elles me répondent à l’occasion avec une grande franchise par un « NON » bien sonné. À tout coup, je reste bête! Comme si la question allait automatiquement avec un « oui » et qu’un « non » bien franc était perturbant.

S’attarder aux émotions dites négatives, peu de gens aiment ça. En plus, la vie va tellement vite qu’on ne veut pas perdre de temps à être triste ou en colère. Toutefois, ces émotions doivent être vécues pour que l’on soit capable ensuite de passer à autre chose de plus joyeux. Pour ceux qui ont vu le film d’animation Sens dessus dessous, c’est un peu la morale de l’histoire (Duchesne. 2015, En ligne).

Se préoccuper à travailler son bonheur plutôt que de chercher à se comparer

Parfois, on se compare et on se console. D’autres fois, c’est l’inverse. On trouve que les autres font +, sont + et qu’on pourrait faire mieux. D’un côté c’est normal de se comparer. On apprend de cette façon ainsi que par imitation. Le problème survient lorsqu’on est insatisfait de notre vie et que l’on commence à la comparer excessivement à celle des autres. Là, ça devient toxique.

Ma psychologue me disait de ne pas me soucier du bonheur des autres et de moins me comparer. Cela me créait des frustrations inutiles. La vie des autres, je ne peux pas la changer en plus de ne pas la connaître réellement. Je devais plutôt essayer de travailler ma propre vie pour être plus heureuse MOI. Maugréer dans sa tête des : ha! on sait bien, les gens sont toujours à s’amuser pendant que moi, je rush ma vie tout le temps … Si c’est le problème, j’ai juste à moins travailler et laisser faire les autres.

« Se comparer peut provenir d’insécurité, d’insatisfaction personnelle ou d’une mauvaise habitude. Le fait de vous comparer contribue négativement à votre estime de vous-même. Chaque fois que l’envie de vous comparer vous vient, pensez plutôt à ce qui vous distingue positivement des autres, à vos forces et à ce qui vous rend unique. Il y aura toujours une personne plus belle, plus forte ou plus efficace que nous… et puis après ? ».
(Stéphanie Léonard. 2017 : En ligne)

Notre intuition

On dirait que notre intuition n’est pas souvent mise de l’avant. J’ai l’impression que très jeune déjà, j’ai appris à suivre un cadre, la masse et des règles. Pour l’éducation de ma fille par exemple, je me préoccupais beaucoup trop de l’avis des experts et de professionnels alors que mon intuition est aussi une très bon alliée pour me guider. Je tente d’y faire davantage référence et de lui faire confiance. Même chose pour mes choix personnels : professionnel, d’amitié ou de relation.

 

Trop de malheurs viennent de notre esprit
Mais quelle chance, nous avons tous en notre possession pour changer
Suivre notre coeur et notre intuition
Essayer d’être réaliste et authentique
Rénover nos conceptions et notre vision pour être plus heureux!

 

BIBLIOGRAPHIE

Duchesne, André. 2015. « Sens dessus dessous : l’abc de l’esprit humain ». La Presse. En ligne. http://www.lapresse.ca/cinema/201506/13/01-4877792-sens-dessus-dessous-labc-de-lesprit-humain.php. Consulté le 17 janvier 2018.

Harris, Russ. 2008. « Le piège du bonheur. Créez la vie que vous voulez ». Les Éditions de l’Homme, 262 p.

Keck, Frédérik. 2012. « Goffman, Durkheim et les rites de la vie quotidienne ». En ligne. https://www.cairn.info/revue-archives-de-philosophie-2012-3-page-471.htm. Consulté le 17 janvier 2018.

Léonard, Sylvie. 2017. « Comment arrêter de se comparer ». En ligne. http://juliebelanger.com/billet-etre-bien/arreter-de-se-comparer/. Consulté le 10 janvier 2018.

Suivez et cliquez j'aime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *