Tête, coeur et corps enchaînés dans la sécurité et la routine

« Combien sommes-nous à avoir adopté un mode de vie automatique? Nous vivons la routine du quotidien sans trop nous poser de questions. Pire encore, nous nous contentons d’un petit malheur devenu confortable … » (Giordano. 2015, 9). Notre corps est douillet et en sécurité, notre cerveau trouve la routine commode et notre coeur n’aime pas le changement.

Notre tête essaie constamment de rationaliser : « Bien voyons, ce n’est pas si pire que ça, tu as un bon salaire, tes collègues de travail sont sympas, ton patron est gentil et tu as des bonnes conditions …. de quoi tu te plains!». Mais intérieurement, il y a un vide et tu ne sais pas comment le combler. Rationaliser ou l’éviter ne l’efface pas, il est toujours là.

Peut-être … seulement peut-être, êtes-vous rendu à un moment dans votre vie où vous avez besoin de rénover la vie car « sans être en dépression, [il y a cette] sensation de vide, un vrai vague à l’âme et la désagréable impression d’avoir tout pour être heureux, mais pas la clé pour en profiter Continuer la lecture de « Tête, coeur et corps enchaînés dans la sécurité et la routine »

Suivez et cliquez j'aime

Détente, confort et cocooning en hiver

advent-2991694_1920

Notre société prône beaucoup la vie sociale à l’extérieur de la maison : les sorties au restaurant, les activités à la montagne, les vacances de ski, les festivités dans les bars et même, les mondanités. Personnellement, mes activités préférées sont les plus simples et particulièrement en saison froide où j’adore ralentir le rythme et profiter du confort de mon foyer.

Janvier et février sont les mois où nous avons le moins de lumière, où nous sommes fatigués, les enfants sont malades les uns après les autres et la température ne nous permet pas toujours de profiter des joies de l’hiver. Qu’à cela ne tienne, il y a un remède : se créer du bien-être, se détendre et faire de cocooning. Ça nous donne le petit coup de pouce pour se rendre jusqu’au printemps avec le sourire.

Comment créer le confort et la détente? Continuer la lecture de « Détente, confort et cocooning en hiver »

Suivez et cliquez j'aime

Heureux au travail : quand ton bonheur est ailleurs

La première question que l’on pose à un étranger : « Qu’est-ce que tu fais dans la vie?» Et de là, nous formons toute une perception sur la personne. Comme si le travail définissait l’entièreté de notre être! Le travail, qu’on se le dise, a une très grande importance pour plusieurs : il nous définit, il nous permet de se réaliser, il prend la majorité de notre temps disponible, il nous procure une certaine position sociale et il nous permet de vivre. Plus jeune, je recherchais une job qui flash et qui me dore l’image un peu.

Pourquoi mettre des étiquettes sur les gens, sur leur travail ou sur leur style de vie? La seule étiquette que je veux aujourd’hui c’est celle qui me remémore d’être heureuse quand je me regarde dans le miroir! Continuer la lecture de « Heureux au travail : quand ton bonheur est ailleurs »

Suivez et cliquez j'aime

Ça donc bien l’air le fun être eux autres!

Quand j’observe les autres, il y en a certains qui semblent avoir une plus belle vie et qui paraissent plus heureux que la moyenne : ils sourient davantage, ils semblent avoir une belle confiance en eux, paraissent bien physiquement, font plein d’activités cool et stimulantes, ont un emploi qu’ils disent adorer et une vie de famille qui a l’air totalement harmonieuse. Continuer la lecture de « Ça donc bien l’air le fun être eux autres! »

Suivez et cliquez j'aime

Ne pas se laisser contaminer par l’humeur de babouin!

Tu sais, quand tu entres au bureau et que ton collègue bourasse sur son salaire, qu’il chiale contre la nourriture de la cafétéria, rouspète contre le patron, soupire envers un client, se dit une victime de la société et sacre à cause de l’imprimante. Déjà, ton moral est atteint que tu le veuilles ou non. À 16h, tu quittes le bureau en inspirant une grande bouffée d’air et te rends dans un café. Dans la file d’attente, des clients chialent contre cette pauvre caissière qui peine à dompter la caisse enregistreuse. Ça devient pénible!

Personnellement, je suis très sensible aux humeurs des autres. Lorsque quelqu’un est heureux, ça me rend heureuse. Quand quelqu’un a une humeur de truck, ça m’atteint et je viens de mauvaise humeur. Les négatifs, les chialeurs, les commères, les hyper-critiqueux, les plaignards ou ceux qui s’apitoient sur leur sort … pu capable! Je dois par contre admettre qu’il y a de ces jours où je suis moi-même négative ou chialeuse. Oups! Continuer la lecture de « Ne pas se laisser contaminer par l’humeur de babouin! »

Suivez et cliquez j'aime

Être normal, ce n’est pas normal : je n’entre pas dans le moule

C’est quoi être normal?

D’une certaine façon, c’est faire preuve de conformisme, de se plier aux règles ou aux attentes. Vu comme cela, ce n’est pas si attirant. Pourtant, c’est ce que j’ai longtemps fait. Faire comme tout le monde même si ça ne répond pas à mes désirs, à mes goûts et à mes besoins. Pour moi, être normal c’était de faire ce que je pensais que l’on s’attendait de moi. C’était de répondre aux critères d’un rôle précis : celui de mère, de conjointe, d’amie, d’employée, etc. Continuer la lecture de « Être normal, ce n’est pas normal : je n’entre pas dans le moule »

Suivez et cliquez j'aime