La mode : bonheur éphémère et besoin insatiable

mode, croissance personnelle, besoin

Auparavant, j’aimais dépenser pour des vêtements et magasiner. J’y consacrais beaucoup plus de temps. Aujourd’hui, je suis passée mode!

1 – La mode, c’est bien trop cher

Je me souviens avoir déjà eu la brillante idée d’acheter un beau polo Lacoste comme cadeau. Je prends le dit trésor national sur la tablette et me rends à la caisse sans regarder le prix, ne sachant qu’il fallait prendre un prêt hypothécaire avant de me rendre au magasin. La caissière me déclare : 115, 27 $ s’il-vous-plaît … chaleur, vertige, veine du front sortie. Pour un t-shirt! UN!

2 – La mode, c’est bien trop inconfortable

Juste la mode des maudites jeans serrées qu’en position debout, ça s’endure mais qu’une fois assise, ça t’égorge le derrière des genoux … ça te met le feu à la circulation … ça engourdit jusqu’en dessous des pieds !!! Mais c’est quoi ces pantalons-là?!?

Plus jeune, je me souviens avoir beaucoup rigolé envers les femmes plus vieilles qui me racontaient que dans leur temps, elles devaient se coucher sur le lit, se rentrer le ventre et tirer avec un support pour monter le zip de leur jean. Je riais en me disant que c’était tarla … moi je ne ferais jamais des choses aussi ri-di-cu-les. Bon, jugement trop hâtif! Aujourd’hui, cette mode revient. Merde! La mort dans l’âme, je n’avais pas le choix d’essayer ces pantalons du diable sinon je risquais d’avoir l’air de Boy Georges avec mes jeans des années 80. Le pire en fait, c’est que lorsque tu regardes le pantalon sur le support, tu te dis toujours : tabarouette, méchant gros derrière … et là, tu remarques que c’est ta grandeur. Shit! Tu essaies … ça te fait!!! Tabarnane! C’est encore pire si tu magasines dans une boutique pour jeunes filles, tu dois essayer des 14 pour que ça donne une grandeur 8-10.

Je me souviens d’une conversation avec une jeune vendeuse dans un magasin de jeans. Je sors de la salle d’essayage avec un pantalon qui me pète sur le corps :

« Ho! Il vous va bien! »

Sérieux, je ne pouvais pas fermer le zip, plier les genoux était hors de question et quant à m’asseoir, on en parle même pas à moins de fendre l’article en question. Je lui dis donc que c’est bien trop serré et elle me répond :

« Le jeans, ça s’étire, pas de souci … »

Bon, peut-être que si je tirais dessus avec 4 chevaux de trait à chaque extrémité pendant une semaine…

N’importe quoi!

 

J’imagine que l’inconfort doit faire partie des chartes de fabricants : beau + chic + mode = mal. J’illustre mon propos : des talons hauts, une jupe droite, un tailleur, des bottes hautes, des jeans allumettes (on reviendra pas là-dessus). Autrefois, je passais beaucoup plus facilement sur cet inconfort. Aujourd’hui, non.

3 – La mode c’est une perte de temps

C’est tellement long magasiner! Ça c’est sans compter le fait d’être pris dans une foule de gens et de te chercher un stationnement si tu arrives après 11h. C’est comme le Woodstock du magasinage.

On passe notre temps dans les magasins. En 2012, Laurier Québec (ou Place Laurier pour ceux qui appellent encore la SAQ la Commission des liqueurs) recevait 12,2 millions de visiteurs (Le Soleil. 2012 : En ligne)… J’y crois pas! Nous sommes un peu plus de 538 000 personnes habitants la ville de Québec (Statistique Canada : 2016, En ligne). Il faut savoir que:

    • les meilleures expositions au Musée de la civilisation attirent 200 000 à 300 000 personnes au plus chaque année (Institut de la statistique. 2006 : En ligne) ;
    • 454 000 personnes ont visité l’aquarium de Québec en 2016  (Sepaq : En ligne) ;
    • 708 000 personnes ont visité le Parc de la Chute Montmorency en 2015-2016 (Idem) ;
    • environ 1 million de gens ont visité le Village vacances Valcartier et le Bora Parc en 2017 (Le Soleil. En ligne) ;
    • … Laurier Québec : 12,2 millions …

4 – Essayer du linge, c’est un calvaire

  • tu finis toujours avec la tête pleine de statique à t’électrocuter sur tous les raks en métal;
  • ça donne chaud;
  • c’est long;
  • à chaque magasin, tu as droit au même discours superficiel : «SAluuuut, ça va bien? Vous avez vu nos promotions?»;
  • les cabines sans miroirs t’obligent à consulter celui à l’extérieur qui cache une vendeuse prête à te dire n’importe quoi pour atteindre son quota de vente;

  • le linge est laid depuis quelques temps: des chandails bedaines fleuris avec des pantalons tailles hautes oranges.  Les constructeurs de mannequins ne leur ont même pas fait d’yeux, question qu’ils ne voient pas ce qu’ils portent;

Et quand je parle de magasiner, je ne parle pas de magasiner l’item de la mort : un bikini. Si tu veux te sacrer le moral à terre, te trouver : toutoune, blanche comme un drap, pleine de boutons, mal faite, ramollie, ressemblante à une quille ou à un taon (bourdon), va te magasiner un bikini, tu vas frapper un coup de circuit.

5 – La mode change trop vite

Le temps de trouver des vêtements à la mode et paf !!! Trop tard … tu es déjà out !

______________

J’aime pas passer mes journées à magasiner mais je ne veux pas non plus jeter à terre tous les centres commerciaux. À l’occasion, j’aime magasiner entre amies. Cela devient plus une sortie de filles.

Mes nouvelles résolutions

1 – Choisir des vêtements classiques, de bonne qualité et qui passent à travers le temps

2 – Dénicher des bonnes friperies

Le coût par item se situe entre 1,99 $ à 20,00 $. Il a fallu que je passe par-dessus mes préjugés (c’est laid, ça m’écoeure et c’est tout brisé). Ce n’est pas du tout le cas. De plus, il y a de nombreux avantages;

  • les vêtements ont déjà été lavés alors ils ne vont pas rétrécir ou moutonner après un seul lavage ;
  • ça ne coûte pas cher;
  • c’est écologique, on réutilise plutôt que de jeter;
  • ça me permet d’avoir plus de vêtements qui me plaisent;

3 – Tester le niveau de confort, ne pas acheter un vêtement seulement parce qu’il est beau

Le vêtement qui te coupe la respiration, il demeurera dans le fond de ma garde-robe même si c’est le plus beau du monde. Aussi, je n’achète plus de vêtements qui sont difficiles à laver ou qui nécessitent un nettoyage à sec.

4 – Se débarrasser des vêtements que je n’ai pas mis dans les derniers six mois

Tu sais, ce vêtement que tu te dis « ouais mais si je fais de la peinture ou du jardinage » … Si ça fait deux ans que je me dis cela, je me débarasse de l’article inutile au plus coupant. Avoir de la place dans une garde-robe, c’est pas un luxe.

5 – Acheter des vêtements que je porte tous les jours plutôt que des vêtements chics que je porte à l’occasion

6 – Avant d’aller magasiner, je note ce qui me manque et n’achète seulement ce dont j’ai réellement besoin

7 – Avant d’acheter, je m’assure que le vêtement pourra être « matché » avec les autres vêtements de ma garde-robe

8 – Cesser de me comparer aux autres

J’y travaille! Aussi, je me suis rendu compte en regardant avec stupeur quelques photos de famille que certaines modes ne m’allaient pas bien. J’ai alors décidé de laisser tomber pour m’habiller avec un style plus classique.

Rénover sa vie prend du temps et de l’énergie, mais surtout, cela se fait une étape à la fois. Comme premier défi, j’ai commencé par diminuer mes dépenses et le temps consacré à la mode. Le bonheur que le vêtement procure est éphémère et le besoin est insatiable. J’essaie de dépenser mon énergie pour ce qui m’apporte davantage.

 

BIBLIOGRAPHIE

CCVQ. 2005. « Les statistiques vitales du Vieux-Québec ». En ligne. http://www.ccvq.org/documents/reference/20070517-statistiques-vitales-vq.pdf. Consulté le 6 novembre 2017.

Institut de la statistique. 2006. «.Chapitre 6 : Le palmarès ». En ligne. http://www.bdso.gouv.qc.ca/docs-ken/multimedia/PB01691FR_culturecommunication2006A00F07.pdf. Consulté le 6 novembre 2017.

Le Soleil. 2012. « Québec, Capitale du magasinage ». En ligne. https://www.lesoleil.com/affaires/quebec-capitale-du-magasinage-700f9c653d1d8a75f741c584ba966b38. Consulté le 6 novembre 2017.

Le Soleil. 2017. « Un million de visiteurs depuis l’ouverture du Bora Parc ». En ligne. https://www.lesoleil.com/actualite/la-capitale/un-million-de-visiteurs-depuis-louverture-du-bora-parc-e0905cdcb392e419b447a2e0fab7ab0a. Consulté le 6 novembre 2017.

Sepaq. 2016. « Statistique de fréquentation par établissement ». En ligne. https://www.sepaq.com/dotAsset/0fffeabc-7779-4735-b578-b15a53cff196.pdf. Consulté le 6 novembre 2017.

Statistique Canada. 2016. « Estimation de la population des municipalités du Québec ». En ligne. http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/structure/mun_15000.htm. Consulté le 6 novembre 2017.

 

Suivez et cliquez j'aime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *